Pratique

Handicap : prendre l’avion

Prendre l’avion n’est pas forcement facile, et il est légitime de se poser des tonnes de questions sur la manière dont va se dérouler le vol.

Vous n’avez jamais mis les pieds dans un aéroport ? Certains ont la taille d’une ville, des couloirs à n’en plus finir… Il y a de quoi se sentir perdu, mais avec une bonne organisation et un peu d’anticipation, on y arrive. Alors voici de quoi éclairer votre lanterne.

Avant votre départ

N’oubliez pas, quand vous prendrez votre billet d’avion de signaler vos besoins et de faire une demande d’assistance, afin de bénéficier des prestations de l’aéroport.

Prenez conseil auprès de votre compagnie.

Arrivée à l’aéroport

Quand vous arrivez à l’aéroport, vous devez commencer à vous orienter. Allez jusqu’au terminal où se situe la compagnie avec laquelle vous voyagez.

Arrivée à l’aéroport – © Matthew Turner / Pexels

Trouver des informations

Plusieurs façons de trouver les informations dont vous avez besoin :

  • Les points information (idéal pour toutes informations d’ordre général)
  • Le comptoir de vente de la compagnie (pour ce qui concerne votre vol)
  • Votre réservation (contient des informations essentielles à votre voyage)

Trouver le comptoir d’enregistrement

Trouvez le comptoir d’enregistrement de votre compagnie pour enregistrer et déposer vos bagages et obtenir votre carte d’embarquement. Si vous avez demandé une assistance, vous serez pris en charge à cet endroit.

Rappel : l’assistance est à demander quand on réserve son billet d’avion ou au minimum 48h avant son départ.

Votre prise en charge

Un agent de l’aéroport va vous accompagner de l’enregistrement à l’avion et vous assiste pour franchir toutes les étapes jusqu’à l’embarquement. Cette prise en charge existe dans quasiment tous les aéroports (exception : les petits aéroports ou certains pays) mais renseignez-vous sur son existence auprès du service de l’assistance lors de la réservation de votre billet.

Spécificités pour les troubles du comportement

Prenez un courrier de votre médecin pour attester de votre état et éviter les problèmes lors de votre embarquement.

Un aéroport peut-être un lieu bruyant et stressant. Un casque anti-bruit peut-être une possibilité d’atténuer le bruit et le stresse.

Spécificité pour le handicap moteur :

Un article détaillé sur la prise en charge fauteuil roulant dans les avions

Vous trouverez des conseils : Cliquez ici

Vous vous déplacez en Fauteuil manuel

Si vous avez un fauteuil roulant manuel : vous pouvez demander à le garder jusqu’à l’embarquement. Il sera alors mis en soute une fois que vous entrez dans l’avion. Mais il faut le faire étiqueter.

Vous vous déplacez en fauteuil électrique

Si vous avez un fauteuil roulant électrique : il est enregistré comme bagage pour être chargé dans la soute de l’avion. Vous serez alors transféré dans un fauteuil manuel apporté par l’agent qui vous accompagnera jusqu’à l’avion. Vous n’avez pas le choix : il faut déposer votre fauteuil électrique à l’enregistrement car il doit suivre le même cheminement que les bagages.

Vous vous déplacez en fauteuil roulant à assistance électrique

Selon les compagnies, il sera enregistré en même temps que vos bagages ou on vous le laisser jusqu’au bout.

Prise en charge de votre fauteuil roulant

Partez du principe que votre fauteuil sera malmené. Préparez-vous au pire, cela vous évitera bien des désagréments. Protégez-le au maximum.

Responsabilités de la compagnie

La compagnie est responsable de la prise en charge de votre fauteuil. Cependant, méfiez- vous. Retirez de votre fauteuil tout ce qui est amovible pour le mettre dans un bagage.

Protégez votre fauteuil de la manière suivante :

Vous devez protéger :

  • la télécommande : en la démontant (si elle est amovible) ou en l’emballant dans du papier bulle.
  • vos cale-pieds et vos accoudoirs (si vous ne pouvez pas les enlever)
  • les moteurs quand ils sont dans les roues ou à l’arrière (Type E-Fix et Minotor)
  • votre appuie-tête, soit en le démontant, soit en le baissant au maximum
  • votre coussin à air (le cas échéant). Ouvrez la vanne si elle n’est pas démontable du fauteuil. Il y a un risque d’explosion dû à la pression en altitude de votre coussin si vous ne le faites pas. Si c’est un coussin amovible, dégonflez-le totalement pour le mettre dans votre valise et laissez les valves ouvertes
  • Emballez-le de papier bulle et d’adhésif (accoudoir et cale-pieds)
  • Pour E-fix : Emballez les roues en protégeant les moteurs avec de gros bout de mousse ou du polystyrène. Retirez la télécommande et les accoudoirs
  • Attention aux roulettes anti-bascule des fauteuils manuels qu’il vaut mieux enlever durant le vol.

Bagage et matériel médical

Certaines compagnies proposent un bagage spécifique pour le matériel médical. Si vous avez le droit à un bagage « médical », il peut contenir le matériel amovible de votre fauteuil.

Vous pouvez mettre l’ensemble de votre matériel médical dans votre bagage supplémentaire, ainsi que vos médicaments (avec vos ordonnances).

Si vous avez le droit à un bagage médical, vous ne devez mettre QUE du matériel médical.

La PAF et le PIF

Ce n’est pas une blague !

La police aux frontières

L’agent va vous accompagner à la PAF, la police aux frontières. C’est un contrôle d’identité et des documents nécessaires à votre voyage (Visa..). C’est la PAF qui tamponne l’entrée et la sortie du pays.

Handicap et PAF

Avec un handicap, vous avez la priorité et votre assistant vous fera passer sans attendre. Il y a parfois une longue attente qui peut être pénible quand on a des soucis de mobilité. Pensez-y !

Le poste d’inspection filtrage

Puis vous passerez au PIF, le poste d’inspection filtrage. C’est un contrôle obligatoire pour la sureté des vols : il vise à empêcher l’introduction d’objets illicites dans l’avion : vous et vos bagages passez au rayon X.

Spécificité pour les personne en fauteuil roulant

Si vous ne pouvez pas vous lever, vous ne passerez pas sous ce portique et vous subirez une fouille corporelle (palpations) par une personne du même sexe que vous. Précisez aux agents que vous ne pouvez pas vous lever.

Spécificité : problème cardiaque

De même, si vous avez un pacemaker, vous devez le signaler. Le passage au rayon X peut entraver son fonctionnement.

Les articles interdits dans les avions

Un certain nombre d’articles sont règlementés, voir interdits dans les avions, comme les objets contondants, la nourriture, les appareils électroniques… Tout est détaillé dans votre contrat de voyage, mais à titre d’informations, vous pouvez consulter notre article à ce sujet : Cliquez ici

Vous voici en salle d’embarquement

C’est le moment de vous détendre, de vous promener dans les boutiques de produits détaxés ou d’admirer le va et vient des avions sur les pistes.

© SkitterPhoto / Pexel – Restaurant et commerces à l’embarquement

C’est aussi le moment d’aller aux toilettes, car si vous pouvez éviter d’y aller dans l’avion vous en serez plus heureux. Voir le lien vers l’article WC : Cliquez ici

L’embarquement

Ça y est, vous allez entrer dans l’avion via la porte d’embarquement. On y vérifiera une fois de plus votre identité et votre carte d’embarquement. Tous ces contrôles peuvent paraitre redondants, mais je vous assure que sans cela, il y aurait des passagers dans les mauvais avions (imaginez-vous partir à Rio et vous retrouver à Moscou).

C’est parti pour vous installer dans l’avion

Pour entrer, si vous n’avez pas spécialement de soucis de déplacement, les compagnies ont à leur disposition  : la passerelle d’embarquement ou prendre un bus jusqu’à votre avion et monter par les escaliers

Monter dans l’avion par un escalier – © Markus Winkler / Pexels

Pour les personnes se déplaçant en fauteuil roulant, et mal marchante

Deux possibilités d’accès à l’avion si vous êtes en fauteuil

Possibilité 1 : Vous serez transporté par un camion adapté doté d’une plateforme élévatrice qui vous montera dans l’avion.

La passerelle à l'avant du camion permet un transfert par la porte de l'avion. La passerelle se place à la hauteur de la porte
Transport PMR dans l’avion par le camion

Une fois arrivé à l’avion, la plateforme se lève pour se placer devant la porte.

Il faut transférer sur le fauteuil d'embarquement pour pouvoir passer la porte. Un fauteuil normal n'entre pas.
Porte d’accès à l’avion – © Laura LIEVEAUX

Vous devez transférer sur le siège de bord pour accéder. Un fauteuil roulant traditionnel ne passe pas.

Possibilité 2 : Une passerelle fait le lien entre la salle d’embarquement et l’avion. On dit que l’avion est « au contact » : vous passez dans un couloir qui communique directement avec la porte de l’avion. Pas de marche, si ce n’est le seuil de porte arrivé à l’avion. C’est une pratique généralisée dans les gros aéroports, mais attention, ce n’est pas systématique.

La passerelle est possible dans certains cas, selon où est stationné l'avion.
Passerelle pour se rendre dans un avion – © Soumya Ranjan

Des allées étroites

Sachez qu’un fauteuil roulant classique ne peut pas entrer dans un avion pour la simple raison qu’il est plus large que l’allée et ne passe pas entre les sièges.

Il s'agit d'un avion de taille moyenne. Mais quelque soit la taille de l'avion, les allées sont étroites.
Intérieur d’un avion – © Ursula Abime

Personnes ayant des difficultés de marches

Si vous pouvez marcher, votre assistant vous accompagnera avec vos bagages jusqu’à votre siège et vous y installera.

Personnes ne pouvant pas marcher

Si vous ne pouvez pas marcher, vous serez transféré dans un fauteuil roulant de cabine, plus étroit qu’un fauteuil classique pour passer dans les allées jusqu’à votre place.

Sachez que les agents sont susceptibles de vous attacher à ce fauteuil de cabine pour votre sécurité et vous empêcher de basculer lors du passage entre la passerelle et l’avion (il y a un petit palier). Cela peut être très impressionnant. Ne paniquez pas, c’est normal, ils ont reçu une formation et savent ce qu’ils font. Il est aussi logique de vous mener en marche arrière à votre siège, le demi-tour étant impossible en cabine.

Ce fauteuil n'est vraiment pas large.
Siège de transfert dans l’avion – © Ursula Abime

Vous ne marchez pas : Informer sur vos difficultés avant votre départ et en réservant votre billet

Renseignez-vous avant de partir : Ce fauteuil peut rester en cabine durant tout le vol mais cela dépend de la taille de l’avion. Il sert notamment à vous rendre aux toilettes si vous avez besoin pendant le vol. Il est donc bon de savoir s’il reste ou non.

Durant le vol

N’hésitez pas à solliciter le personnel de bord, ils mettront ce petit fauteuil à disposition à votre demande.

Installation à son siège

Ce que l’on trouve à son siège d’avion

Devant vous

Devant vous, vous trouverez toujours, une tablette amovible, une notice explicative des consignes de sécurité dans la pochette vous faisant face. Elle est normalement accompagnée d’un sac vomitoire pour les personnes qui auraient le mal des transports. Mais il est aussi bien pratique pour y mettre vos petits déchets en attendant le passage de l’hôtesse. Imaginez que vous glissez la main dans la pochette de votre siège et que le passager précédent y avait laissé un chewing gum qui n’a pas été repéré par le personnel de ménage… Vous trouvez un avion propre, laissez-le dans le même état en débarquant!

Au dessus de vous

Au dessus de vous, vous trouverez un bouton pour allumer votre liseuse individuelle et un bouton d’appel pour solliciter personnel de bord.

Vous trouverez aussi des consignes lumineuses de sécurité :

  • Attachez vos ceintures : ce signal s’allumera accompagné d’un doux signal sonore avant le décollage, avant l’atterrissage et en cas de turbulences pendant le vol. Mais en règle générale, gardez votre ceinture attachée pendant le vol, cela vous préservera des turbulences imprévues et évitera de vous réveiller en cas d’allumage des consignes pendant votre sommeil (vous souhaitez vous mettre à l’aise ? Mieux vaut la desserrer que la détacher)
  • Interdiction de fumer : sachez que fumer dans un avion est strictement interdit sans exception et peut mener à des poursuites. Une hôtesse, la plus charmante qui soit, peut se transformer en véritable cerbère devant un passager qui fume (je vous l’assure, j’en connais une)
  • Appareils électroniques portables : cette consigne remplace peu à peu le voyant d’interdiction de fumer dans les avions les plus récents. Cela ne veut pas dire que vous pouvez fumer (le pictogramme est visible ailleurs) mais il vous indique à quel moment vous pouvez utiliser votre téléphone (tablette…). Le décollage et l’atterrissage sont des moments où vos appareils doivent être éteints et rangés.

Écran de divertissements

Quasiment tous les avions sont dotés d’un écran individuel où vous trouverez de divertissements comme des films, dessins animés et documentaires, des jeux vidéo ou de la musique. Vous pouvez aussi trouver des informations sur votre vol, sur la compagnie et le catalogue des produits en vente à bord (parfums et autres produits détaxés, boissons et en cas sucrés ou salés, etc).

A défaut certains avions proposent des films grand public sur des écrans qui se situent sur les cloisons de l’avion. Il vous suffit de brancher vos écouteurs à votre siège pour en profiter. Là encore, demandez de l’aide si nécessaire.

À savoir
Cette prestation est payante dans certaines compagnies, même si souvent elle est incluse dans le prix du billet d’avion. Pensez à emmener vos écouteurs car si c’est souvent le cas, ils ne sont pas toujours fournis. Sinon, vous en trouverez en vente dans l’avion. Encore une fois, renseignez-vous avant de partir !

Où êtes-vous situé dans l’avion ?

En tant que personne handicapée, vous n’avez pas le droit de vous mettre n’importe où. La place près du hublot sera toujours privilégiée. Étonné ? C’est pour votre confort.

Si vous êtes côté couloir, vous devrez vous déplacer dès qu’un de vos voisins voudra se lever. Ça peut vous paraitre pénible. En revanche, si vous devez vous déplacer, personne ne se refusera de se lever pour vous. Exception, si vous voyagez accompagné, échangez votre place avec votre compagnon de voyage. Vous vous connaissez et il n’y a pas de gêne liée à votre mobilité.

Pas de place spécifique à l’avant comme à l’arrière

Vous pouvez être à l’avant, au milieu ou à l’arrière. Chaque compagnie privilégie quelques sièges sans que ce soit immuable. Les règles qui s’appliquent sont les suivantes :

  • Plusieurs passagers avec un handicap ne sont pas regroupés dans l’avion. Ils sont répartis dans la cabine pour optimiser l’attention qu’on pourra leur apporter.
  • Vous n’aurez jamais les sièges au droit des issues, même si vous souhaitez avoir de la place pour vos jambes douloureuses et du mal à bouger. Ils sont réservés aux passagers valides pour des raisons de sécurité. Cet endroit est un accès direct aux sorties de secours.

Se dégourdir les jambes

Si vous le pouvez, faites quelques pas dans le couloir pour vous dégourdir les jambes. C’est même conseillé pour les longs vols afin de réactiver la circulation sanguine et éviter bien des désagréments.

Attention aux turbulences ! Si le voyant « attachez votre ceinture » est allumé, patientez quelques minutes avant de vous lever, sinon ce sont d’autres désagréments qui vous guettent !

Les meilleurs places dans l’avion

Pour finir ce chapitre de la place dans l’avion, ne vous fiez pas au site qui vous propose de vous donner les meilleures places à choisir dans l’avion. D’une compagnie à l’autre, le plan de cabine change (même sur un même type d’avion) : il n’y a pas le même nombre de sièges. Et si vous choisissez une place inadéquate, vous seriez de toute façon déplacé même si vous avez payé l’option.

L’atterrissage

L’atterrissage est un moment délicat qui peut-être un peu stressant. Si vous pouvez, c’est le moment de discuter pour penser à autre chose. Vos oreilles peuvent vous faire mal : sucer un bonbon ou mâcher un chewing-gum vous apporte un confort. Avaler de la salive permet de déboucher les oreilles.

Après le vol – votre arrivée

Vous ferez le même circuit dans le sens inverse, toujours accompagné par des agents de l’aéroport d’arrivé.

Récupération de vos bagages

Dans un premier temps, vous récupèrerez vos bagages dans le terminal d’arrivée de vos bagages. Vous serez accompagné par un agent de l’aéroport.

Tapis de récupération des bagages – © Markus Winkler

Récupération de votre fauteuil après le vol

Vous le récupèrerez dans la zone des bagages hors normes.
Quand vous le récupérez, vérifiez votre fauteuil et surtout que tout fonctionne tant que l’agent qui vous accompagne est encore là. En cas de soucis, faites une réclamation immédiatement au service dédié. Ne sortez en aucun cas de la zone des arrivées tant que vous n’avez pas un numéro de signalement de problème.

Assurance

En cas de problème, c’est l’assurance de la compagnie qui doit prendre en charge vos réparations. Pour plus de renseignements sur les assurances, regardez notre page dédiée sur le sujet. Cliquez ici

Foire aux questions

On vous prépare une foire aux questions que nous alimenterons avec toutes vos demandes.

 

 

0 0 voter
Évaluation de l'article


Puisque vous êtes encore là...

Si cet article vous a aidé ou informé, laissez-nous vous demander une petite faveur.

Aidez-nous et soutenez nos actions en adhérent ou en faisant un don à Itinéraire Bis.

Aidez-nous et soutenez nos actions

Si chacun de ceux qui ont lu et apprécié cet article participe, le futur de itinéraire Bis ne pourra être que meilleur. Merci à vous !.


Afficher plus

Itineraire-bis

Culture, tourisme et handicap L’association Itinéraire Bis (de loi 1901) a été créée en 2016. Son but est d’être un pôle ressource sur le voyage, le tourisme, la culture et les loisirs adaptés.

Articles similaires

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Bouton retour en haut de la page
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
venenatis, dolor. nec eleifend suscipit pulvinar Lorem dolor dapibus risus id