NOUVELLE CALÉDONIE

Accessibilité en général :
De manière générale, ce territoire d’outre-mer est assez accessible, avec toutefois de très forts dénivelés. Tant que l’on longe la mer, on ne rencontre pas de problème majeur. Dès que l’on veut entrer dans la ville de Nouméa, les pentes peuvent être au-delà des capacités des fauteuils électriques ou d’un seul pousseur d’un fauteuil manuel. Il est possible de louer un petit fauteuil électrique sur place (http://jeco.nc/vitrines/handicap-conseil ou http://www.medicalequipement.nc/). En revanche, je n’ai pas essayé de louer de voiture adaptée. De nombreux modèles de voitures sont disponibles à la location.

Formalité :
Seul un passeport est obligatoire. Il est interdit de faire transiter des aliments de métropole à la Nouvelle-Calédonie pour officiellement protéger les espèces endémiques de l’île. Un chien est présent à la descente d’avion pour les repérer. Si vous souhaitez amener du chocolat ou autres pour les habitants de l’île, mieux vaut bien emballer dans des sacs hermétiques. Un douanier interroge les voyageurs sur la nature de leurs déplacements. Indiquer que l’on vient voir la famille risque de déclencher une fouille plus poussée pour trouver ce genre de cadeaux.

Électricité :
RAS

Présentation succincte de la destination :
La Grande Terre fait environ 400km du Nord au Sud et est large d’environ 60km. Toutefois, le point culminant de l’île étant à 1629m, cela explique les très forts dénivelés constatés. Le réseau routier est peu dense et ne permet la traversée de l’île d’est en ouest qu’à 4 endroits. Nouméa est situé au sud de la Grande Terre. D’autres îles ou îlots complètent cet archipel. La Nouvelle-Calédonie est réputée pour ses paysages paradisiaques, le cœur de Voh immortalisé par Yann Arthus Bertrand et son histoire difficile. La ressource principale de l’île est le nickel qui colorie en vert les pierres. 25% des ressources mondiales de nickel se trouvent en Nouvelle-Calédonie. La terre est également riche en d’autres minerais, dont le fer d’où la couleur rouge de la terre en certains endroits. L’île possède de nombreuses espèces de faune ou de flore endémiques, dont le cagou, cet oiseau qui ne sait pas voler. La barrière de corail est la deuxième au monde après celle de l’Australie.

Meilleures périodes pour s’y rendre :
C’est le printemps permanent avec quelques nuances. En Mars/Avril, il arrive que des cyclones se forment dans la région menaçant les constructions les plus fragiles. Mai/Juin correspondent à l’hiver et donc aux températures les plus fraîches, soit 25°C. En Décembre, en plein été, les températures sont plus élevées mais restent supportables.

A prévoir :
Le tueur le plus redoutable est le moustique qui véhicule la dengue ou autres maladies. Il faut bien se protéger les matins et soirs pour limiter les piqures à ces moments de la journée.

Le budget d’un séjour en Nouvelle-Calédonie peut être très important. Tout est cher : l’hébergement, la location de véhicule,…

La Monnaie :
CFP : Franc pacifique. Le taux est fixe 1EUR=119,33XPF

En bord de route ou à l’entrée de certains sites, sont disposés dans des abris, des marchandises (objets sculptés, fruits à vendre, ticket d’entrée) munies des tarifs. Personne n’est visible mais il est évident qu’il faut déposer dans la boîte prévue à cet effet, la somme demandée.

Assurance :
Les cartes bancaires incluent souvent des assurances annulation de billet d’avion ou rapatriement pour le détenteur de la carte et sa famille directe vivant sous le même toit si les billets d’avion ont été intégralement payés avec. Attention, ces assurances sont souvent en option sur les offres American Express.

Accueil :
Trois types de populations sont présents sur l’île et ne se mélangent pas : les Kanaks qui sont les premiers habitants, les Caldoches qui sont les descendants des colons, les Zoreilles qui sont les personnes originaires de la Métropole. Les Kanaks disent systématiquement bonjour en levant deux doigts. En revanche, il est difficile d’aller au-delà de cette discussion de courtoisie. Parfois la curiosité due à la présence d’un fauteuil roulant peut les inciter à aborder un touriste. Les Caldoches restent entre eux et ne saluent personne. C’est bien sûr schématique.

Trajet :
Air France propose des vols de Roissy à Nouméa avec escale à Tokyo ou Séoul. La seconde partie du vol est assurée par Aircalin. Ce trajet dure plus de 24h. Certaines compagnies proposent des trajets moins chers mais également beaucoup plus longs. Les personnes à mobilité réduite peuvent demander la carte Saphir sur laquelle sont enregistrées les informations les concernant, évitant d’avoir à les fournir à nouveau en cas de nouveaux vols Air France.

Pour se rendre sur les autres îles de l’archipel, il est possible de prendre le bateau ou l’avion. Le bateau est plus facile en cas de problème de mobilité. Toutefois, en partance de la Grande Terre, le passage de la barrière de corail est redoutable pour les estomacs, même par temps calme. Le retour est bien plus agréable.

Depuis la Nouvelle-Calédonie, il faut compter 5h de vol pour se rendre à Tahiti.

Il existe de nombreuses sociétés de location de véhicules. Pour se promener autour de Nouméa, une berline suffit. En revanche, pour faire le tour de la Grande Terre, il est souvent utile d’avoir un 4×4 car les routes du nord sont en terre. Avec ce relief, beaucoup de rus traversent les routes. Ils paraissent inoffensifs mais peuvent emporter des voitures suite à de fortes pluies. Sur les îles aux alentours, les hôtels proposent des locations de voiture.

Hébergement :
A Nouméa, l’hôtel Stanley (http://www.lestanley.nc/) est accessible aux personnes à mobilité réduite : ascenseur, douche à l’italienne, grande chambre avec coin cuisine et accès direct à la plage.

Pour le tour de la Grande Terre, à Poindimié, l’hôtel Tiéti (http://www.tieti.nc/) offre une prestation de qualité. Il est facile de circuler à travers les bungalows.

Pour un budget plus raisonnable, l’hôtel Koulnoué à Hienghen (http://www.grands-hotels.nc/fr/koulnoue) est un peu moins luxueux. Les allées sont un peu moins accessibles qu’à Tiéti. Les chambres sont confortables.

A l’extrême nord de la Grande Terre, l’hôtel Malabou Beach (http://www.grands-hotels.nc/fr/malabou) à Poum offre le même type de prestation que Koulnoué.

Enfin pour finir le tour de la Grande Terre, à Koné, l’hôtel Hibiscus (http://www.hotelhibiscus.nc/) présente peu de charme mais propose des chambres avec une douche sans bac.

A l’île des Pins, le bungalow Beach Familial de l’hôtel Kodjeue (https://www.hotel-iledespins.com/) est muni d’une douche dont la porte a un petit rebord de 3 ou 4 cm. La photo de la salle de bain est visible sur le site.

Il est conseillé de joindre les hôtels directement par mail et non de passer par des centrales de réservation. Cela permet de s’assurer de l’accessibilité de la chambre demandée et parfois d’avoir des tarifs plus intéressants.

Alimentation :
Patate douce, igname, bougna seront les mets principalement proposés. Les crevettes sont délicieuses. Litchis et mangues sont des fruits très répandus. Il faut oublier le chocolat, les fruits non cultivés sur place. Tout ce qui est importé est cher.

Les hôtels indiqués proposent souvent une restauration organisée en buffet.

Activités :

Facile en fauteuil roulant :

  • A Nouméa ou proche : baie de l’Anse Vata, promenade Pierre Vernier, quartier de la place de la Marne et place des Cocotiers, musée de la Nouvelle-Calédonie, aquarium, parc zoologique et forestier, centre culturel Tjibaou, fort Teremba, voir les requins ou les tricots rayés depuis l’îlot Amédée
  • Lors du tour de la Grande Terre : prendre le bac à Hienghen, voir la Poule de Hienghen, voir le rocher du bonhomme à Bourail
  • Sur l’île des pins : ancien bagne, foire avec la coutume

Difficile en fauteuil roulant :

  • A Nouméa ou proche : certaines activités de l’îlot Amédée, certains quartiers de Nouméa
  • Lors du tour de la Grande Terre : surplomber la mangrove où se trouve le cœur de Voh
  • Sur l’île des Pins : circuler jusqu’à la baie de Kanumera à cause du sable, grotte de la reine Hortense à cause de certaines allées étroites et qui peuvent être glissantes

Photographies et texte d’Hélène J.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × cinq =